© 2017            création du site : www.stephaniecavard.biz

Adresse des locaux : villa 1060 - LIBERTE 1 - DAKAR                      TEL : 77 456 37 71

L’enfant se plaint rarement d’une « souffrance psychologique », et ce sont le plus souvent les parents, un proche, ou les enseignants qui sont interpellés par un changement de comportement ou des difficultés.

Ce sont des symptômes ou des situations particulières qui amènent donc les parents à venir consulter pour leur enfant. Les symptômes sont pour l’enfant une façon d’exprimer une souffrance, ce sont des « maux » qu’il ne peut pas dire avec des « mots ».

La psychothérapie va l’aider à dénouer les nœuds inconscients qui le font souffrir, et à trouver des résolutions psychiques qui vont permettre à l’enfant de « lâcher » le symptôme.

Quand consulter ?

La première consultation se fait toujours en présence des parents (ou un des parents) qui expliquent devant l’enfant les raisons qui les ont amenés à consulter. L’observation de l’enfant avec ses parents est souvent intéressante et significative des relations familiales. Cette première entrevue permet de connaître l’histoire de l’enfant et la composition de la famille. Elle permet également d’établir un premier contact avec l’enfant qui est rassuré par la présence de ses parents.

De plus, le lieu thérapeutique permet aux parents et/ou à la fratrie de dire des choses à l’enfant qui sont importantes pour l’enfant.

L’enfant a besoin d’entendre des choses qui le concernent, car même si ce n’est pas dit, l’enfant sait, sent, et ressent inconsciemment ce qu’on lui cache, souvent avec la bonne intention de le préserver, le protéger, mais ce sont ces « secrets » qui peuvent le faire souffrir et développer des symptômes. Ce n’est pas ce qui est dit ou fait qui est traumatique, c’est très souvent ce qui n’est pas fait et ce qui n’est pas dit.

Les séances se font ensuite en tête à tête avec l’enfant, et en dehors de « points bilans » faits avec les parents, tout ce qui est dit entre le thérapeute et l’enfant reste confidentiel. L’enfant doit se sentir en sécurité et en confiance afin de s’exprimer librement. Le fait que l’enfant puisse faire confiance en l’adulte, et qu’il puisse se sentir compris dans sa souffrance est très réparateur.

La relation du thérapeute avec l’enfant basée sur la sécurité, la confiance et la compréhension, est nécessaire à un travail efficace. Cette relation, contrairement à celle établie avec l’adulte, sur des bases intellectuelles et culturelles, se fait avec l’enfant à travers certains vecteurs qui touchent tout particulièrement l’enfant.

C’est pourquoi, j’utilise plusieurs aides à la mise en confiance: visite du jardin, découverte des animaux (chien, chats, poissons, tortues).

Dans les séances de thérapie d’enfant, sont utilisés, en fonction de l’âge de l’enfant, de sa personnalité et du problème à traiter:

LE JEU

Révélateur du « JE », il est essentiel pour l’enfant. Il est source de créations, de connaissances, d’expérimentations, d’évolution. Il lui permet d’exprimer sans risques ses émotions et de

« rejouer » les scènes de sa vie quotidienne. L’enfant peut ainsi mettre en perspective des situations auxquelles il est confronté, et développer une meilleure compréhension de son monde intérieur et de son environnement familial et social.

LE DESSIN

Il favorise l’élaboration des sentiments et des représentations psychiques de l’enfant. Il peut se substituer aux représentations verbales. Le dessin est une voie privilégiée de l’inconscient au même titre que le langage.

LE CONTE

Il contient des messages symboliques, thérapeutiques, à travers les différents personnages, véritables archétypes, et les situations chargées d’émotions. En thérapie, il est un véritable outil qui permet de capter l’attention de l’enfant, d’éveiller sa curiosité et de susciter des réflexions, des questions en résonance avec sa propre histoire. Le conte cache et dévoile la part de vérité énoncée, entraine au cœur du conflit inconscient. Et surtout, il transforme les conflits, et problèmes en victoires: Cendrillon devient princesse, le petit poucet retrouve son chemin, et le vilain petit canard est accepté dans le royaume des cygnes.

En savoir plus sur la thérapie :

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now